La 14ème édition du Metropop Festival s’achève sur les beats de Gramatik, après trois jours de festivités électriques !

Jeudi, c’est par une mise en bouche remarquée et bourrée d’énergie que les américains de The Orwells ont ouvert les trois jours du Metropop Festival. Fink dans une ambiance toute enbrumée a emporté les Docks de sa voix pénétrante. Quant à Talisco il a permis de terminer ce premier jour sur des notes ultra-dansantes.

Pour la soirée Reggae, il a fait chaud. Les français de Danakil, époustouflants, ont comme à l’accoutumée séduit un public déjà conquis par Protoje et Aya Waska. Des sonorités et textes engagés pour cette soirée qui a affiché complet.

Samedi, la formule magique utilisée par Larytta, qui leur permet d’allier musique électronique, rythmes africains et loops de guitare, a métamorphosé les personnes venues en masse en oiseaux de nuit. Le monstre Jabberwocky n’avait qu’à les cueillir en vol. Gramatik, l’as du sample et des combinaisons stylistiques, a permis de terminer en apothéose.

En chiffres, le bilan est réjouissant. Avec deux soirées complètes, c’est juste un peu moins de 3’000 personnes qui ont suivi leur festival automnal préféré aux Docks, où l’ambiance est montée d’un cran chaque soir.

Le rendez-vous est d’ores et déjà pris pour l’an prochain, du 5 au 7 novembre 2015. Et c’est officiel, c’est bien la salle Métropole qui accueillera le 15ème anniversaire du Metropop !